Martin Armstrong : les États ont toujours fait défaut, pourquoi serait-ce différent aujourd'hui ?